Être une femme « avant tout »

L’autre soir, j’ai eu l’occasion de passer du temps avec des copines. Je m’en faisais d’avance une fête, me disant que quelques heures d’insouciance dans ce monde de brutes ne seraient pas du luxe. Sauf que ces copines-là sont ce qu’on appelle « des vraies filles ».

Après m’avoir demandé des nouvelles de mon fils et m’avoir dit que je ne faisais pas comme il le fallait avec lui car je suis trop à son écoute,
Après m’avoir demandé des nouvelles de mon homme et m’avoir dit que je devais le larguer car il ne me traite pas comme une déesse,
Après tous ces bons conseils que je dois absolument appliquer pour être heureuse, donc, elles me regardent de la tête au pied et me demandent combien de temps je passe devant le miroir…

Cela faisait déjà 2 heures que la soirée avait commencé et j’attendais toujours l’insouciance dont j’avais tant rêvé. Soupirs…

Alors, selon les copines, je dois absolument restreindre le temps passé à faire des trucs que j’aime mais que les magazines féminins n’aiment pas pour faire des trucs que je n’aime pas faire, du genre passer une heure par jour dans la salle de bain à me pomponner (perso, 5 minutes ça me va bien), dépenser des sous que je n’ai pas dans des fringues « à la mode » (je ne suis pas une plouc non plus, hein, je vous rassure, mais je préfère porter des trucs qui me vont et dans lesquels je me sens bien, ce qui n’est pas toujours compatible avec la mode), et prendre un abonnement chez le coiffeur et l’esthéticienne, ce pour quoi je n’ai pas les moyens, pour la simple et bonne raison que…

Je suis censée être une femme « avant tout »

Mais il veut dire quoi ce « avant tout » ? Avant quoi ? Avant d’être conjointe ? Avant d’être mère ? Avant d’être travailleuse ? Avant d’être bénévole ? Donc une femme n’est pas tout ça ? Une femme, une vraie, n’aurait pas d’amour fixe, ni d’enfant, ni de travail, ni de volonté de faire changer les choses qui lui déplaisent ?

Mais alors que fait la femme, la vraie ?

D’après ce que j’ai conclu de cette soirée, et même si en me prodiguant leurs bons conseils les copines ne se rendaient certainement pas compte de ce qu’elles disaient, la femme, la vraie, passe son temps à se faire belle, à lire des magazines féminins ou des romans à l’eau de rose dont le fil rouge est une histoire d’amour, à voir ses copines, à plaire, à être convoitée et gâtée comme une reine…

Les autres ne seraient donc pas des femmes ?

Quelque chose me chiffonne, là. Cela voudrait dire que lorsqu’on voit une femme avec son enfant, son homme, au travail, on la trouve moins séduisante ? Cela voudrait dire que les gens « normaux » ne sont pas capable de voir la personne au-delà de la situation ? C’est très insultant ! Et c’est insultant aussi pour la femme en nous, qui n’aurait que le droit d’être belle et naïve !

Bref, je ne suis pas une femme « avant tout », je suis une femme, tout simplement

avec toutes les facettes que ce terme comprend. Et ça me va bien, merci de vous en inquiéter.

Publicités

Une réponse à “Être une femme « avant tout »

  1. Pingback: La théorie du genre existe | laplumerousse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :