L’allaitement, ça s’apprend !

Je vous le dis tout de suite, afin qu’il n’y ait aucun malentendu : je ne suis ni ethnologue, ni sociologue, ni philosophe. Je suis une personne lambda qui s’adresse à des personnes lambda. Pour moi, comme pour le dictionnaire Larousse, apprendre veut dire acquérir un savoir, que ce soit par sa propre expérience, par une transmission ou par tout autre moyen. On apprend à marcher, à parler, à contrôler ses sphincters, à respecter les normes sociales, à compter, à écrire, à faire du vélo, une bonne nouvelle, etc… Ce qui est acquis est donc appris.

C’est bien clair ? Tout le monde a compris ? Alors on peut y aller.

Il existe un mythe qui dit que l’allaitement est une chose naturelle (dans le sens que ça doit se faire tout seul, comme un réflexe, comme le fait de respirer, en fait). À cause de ce mythe, beaucoup de mères en difficulté se sentent comme des moins que rien. Et leur isolement, associé au manque de formation des professionnels de santé à ce sujet ne fait qu’enfoncer le clou.

Combien de fois ai-je entendu « Il suffit de le vouloir pour que tout se passe bien », « Si t’as un problème c’est que ça ne devait pas se faire, passe au LA ! », « Il / elle est pédiatre / sage-femme / médecin / infirmière / pharmacien / aide-soignante / blouse blanche, c’est son métier », « Elle a eu X enfants, elle sait ce qu’elle dit », « mieux vaut un biberon donné par une maman zen qu’un sein donné par une maman stressée » et autres conneries en tout genre.
Déjà, s’il suffisait de le vouloir, il n’y aurait pas autant d’échecs. Si on a un problème, il existe une solution, inutile de se jeter sur un produit hors de prix, inadapté aux humains et fabriqué dans des conditions si douteuses que, récemment, un scorpion a été retrouvé dans une de ces boîtes. NON ! Ce n’est PAS leur métier ! Être professionnel de l’allaitement demande une formation particulière qui ne fait pas partie de leur cursus (il ne faut pas hésiter à le leur rappeler). S’il devait n’exister qu’un seul professionnel de l’allaitement, ce serait Jack Newman (La Leche League a traduit certains de ses articles non déjà traduits sur son site officiel, ). Si avoir des enfants donnait la science infuse, tous les pays auraient une mère de famille comme chef. Et un sein donné par une maman stressée est un sein donné par une maman qui manque de soutien, d’information et d’apprentissage, pire : une maman qui se fait harceler par des extrémistes du biberon (qui ne cherchent souvent qu’à justifier leur propre comportement et non à aider la nouvelle mère).

Alors soyons clairs et faisons passer le message : fabriquer du lait est naturel. L’allaitement, ça s’apprend.

Et c’est même une discipline complexe, dans nos pays où chacun vit chez soi, isolé de la vue / vie des autres, n’ayant jamais eu d’exemple. Il est donc important qu’avant d’avoir des difficultés on ait le numéro d’une copine / consultante / bénévole au top des connaissances sur le sujet dans son répertoire. Et si jamais une difficulté arrive, il est encore plus important de ne pas hésiter une seconde avant de l’appeler. On n’aura jamais l’air con à appeler, même pour du « simple » soutien. Par contre on aura des regrets, parfois des remords, si l’allaitement foire parce qu’on n’a pas appelé quand ça aurait été utile.
Surtout, une fois que vous avez trouvé la perle rare, faites-lui confiance ! Si elle vous dit de ne pas acheter de tétine, de biberon, de boîte de faux-lait, ce n’est pas pour rien. Si elle vous conseille un moyen de portage, ce n’est pas pour rien. Si elle vous propose de venir vous voir, dites-lui oui. Si elle vous dit que cette blouse blanche / voisine / collègue vous a dit des conneries, c’est vrai. Écoutez-la !

Ce qui est bon à savoir, c’est que cela vaut pour toutes les espèces dont le petit ne peut pas venir téter seul dès la naissance.

Dans les zoo, ils sont obligés de montrer aux femelles, dès le début de grossesse, des vidéos d’autres femelles de la même espèce en train d’allaiter leurs petits. S’ils ne le font pas, la nouvelle maman n’a parfois même pas l’idée de mettre le petit au sein. C’est dire l’importance de la transmission dans ce geste !

Non, nous ne sommes pas stupides ! Il ne s’agit pas d’instinct ! C’est un apprentissage !

Instinctivement, on va vouloir protéger son enfant et l’écouter. Mais le geste de mettre bébé au sein n’est pas instinctif. Dans les sociétés où l’allaitement est la norme, les filles le voient dès leur plus jeune âge. Quand leur tour arrive, elles ne se posent donc pas de question, comme si c’était instinctif. Mais ce n’est pas plus instinctif que d’apprendre à parler sa langue maternelle.

Malheureusement, dans nos sociétés où l’allaitement se vit de façon isolée, bon nombre de nouvelles mères en commencent l’expérience mais faute de bon conseil se retrouvent amenées à sevrer leur bébé. Cela est vraiment dommage car elles passent à côté d’une merveilleuse expérience. Il ne faut pas les accabler de reproches, elles s’en chargent elles-mêmes, utilisant pour la plupart le terme de « deuil » (ça vous permet d’imaginer leur douleur).
Elles ne sont en rien responsables de l’incompétence des gens qui les entourent. Ces femmes, je les plains sincèrement. Elles sont devenues entièrement mère, mais on les a laissées tomber, on les a trompées, on a sapé leur confiance en elles en les convainquant qu’elles n’étaient pas capable de nourrir leur bébé. Et ce choix de sevrer, souvent réalisé à contrecoeur, elles l’ont fait en croyant sincèrement choisir ce qu’il y a de mieux pour leur bébé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :