Je ne te demande pas ton avis 1/1

DSC_0116Bon, alors. Ça, ça me travaille depuis un moment.

On est tous d’accord (enfin, ceux qui ont compris et qui ne font pas légion) que quand une femme dit « non », c’est « non ».
Mais quelque chose me chatouille depuis un moment et m’empêche de penser tranquillement.

Quand je suis dans une relation avec une personne à qui j’accorde ma confiance, il se peut que mon « non », ne soit pas un vrai « non ».

Ne sortez pas tout de suite les fourches et le bûcher.

J’explique.
Je suis la première à encourager que l’on fasse particulièrement attention à l’autre en matière de sexe.
Une fois que je suis certaine que mon partenaire (qui peut être une femme), fais attention à moi et ne me fera jamais, je dis bien jamais, quelque chose dont je n’ai pas envie.
Je peux ouvrir mon intimité à cette personne.
Sachant que c’est quelqu’un qui me connais bien, il sait qu’en matière de consentement, je ne rigole pas.
Mais du coup, je me retrouve bien emmerdée.
J’ai dis, on ne tape pas!
Disons que je suis très ouverte à plein de choses, mais ma pensée, elle, ne l’est pas du tout ( c’est une emmerdeuse de première qui a peur de tout ce qui touche au sexe et crois que les bébés naissent dans les choux).
De fait, elle n’ a strictement rien à foutre de ce que peut vouloir le reste de ma personne.
Si bien que si elle, entend des mots comme « pute » ou « salope », ou encore que j’ai envie de coucher avec plusieurs personnes en même temps, ou que j’apprécie particulièrement d’être « défoncée », elle va partir dans tout les sens et hurler :
« Non, mais qu’en penseraient les féministes, tes copines féministes, ta mère, le patriarcat… qui te rappellent que les hommes baisent mais que les femmes font l’amour. Que tu es romantique et fragile. Que le sexe ne t’intéresse pas. Ou que tu dois a contrario être une amazone qui domine le « mâle » et que seulement ainsi tu es une vraie femme. Tu es une femme respectable, donc avec une sexualité de merde. »
La pensée… Je ne parle même pas de ses potes installés au Vatican, parce que je sens la longue digression arriver et l’envie de me pendre y est associée.

Je sais que nous sommes beaucoup de femmes à vivre avec ce tyran qu’est notre pensée. Que nous aimerions, pour une fois qu’elle soit laborieuse et nous foute un peu la paix.

Alors, j’ai très envie de partager avec vous ce que je demande à mes partenaires pour calmer mon esprit.

« Je vous ai choisis parce que je vous sais, sensible, respectueux, intelligent et infiniment aimant. A part si je vous dit « rouge », auquel cas, vous devrez arrêter immédiatement ce que vous faites ou ne jamais répéter ce qui est sorti de votre bouche, tous les « non » qui sortiront de ma bouche seront ceux de mon ennemi en matière de plaisir charnel : ma pensée. « Non, je ne peux quand même pas aimer ceci ou cela. Je ne peux pas éprouver du plaisir à entendre, tel ou tel mot. »
En fait, ce « non », est le « non » de ma conversation interne avec laquelle je lutte du début à la fin de notre échange intime.
Je vous demande donc partenaires, de m’aider à faire taire ma pensée. Parce que, moi, elle m’envahit et à force d’arguments elle m’épuise et gagne. Je finis par ne plus rien ressentir et vivre mon corps comme une nature morte.
Merci donc de répondre à ma pensée, que vous ne lui demandez pas son avis tout en poursuivant ce que vous avez entamé. »*

N’en déplaise aux filles des Simone ou aux hommes qui confondent les femmes avec des objets.

N’en déplaise à ma propre pensée.

Ma sexualité est le plus souvent en désaccord avec vos principes et elle s’en porte très bien ainsi. Elle vous remercie à l’avenir, d’aller casser les noisettes du voisin d’à côté.

La plume noire

*Précisions importantes dans cet article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :